Désir d’enfant, comment je suis devenue maman

omnibionta-grossesse-planification-mains

On ne naît pas maman, on le devient. C’est un sentiment que j’ai clairement ressenti lors de ma première grossesse et de la naissance de Lou. C’est un processus crucial de la vie des femmes qui portent en elles le désir d’enfant. D’autres ne le ressentent pas et c’est tout aussi bien. Il ne faut cependant pas oublier que ce désir échappe souvent à notre volonté et est soumis aux contraintes de la vie. Aujourd’hui, je vous parle de la façon dont j’ai prévu, planifié mes deux grossesses et ce qui m’a paru important avant et pendant cette période si particulière de nos vies.

omnibionta-bebe-grossesse-pieds

Un petit brin de sociologie

Pour les générations avant les années 1960, les femmes ne se posaient pas vraiment la question de savoir si oui ou non elles désiraient enfanter et si c’était le bon moment.  Leur destin était tout tracé et elles devenaient mères par désir ou injonction sociale.

Depuis la révolution de la contraception qu’est la pilule, les choses ont changé. Penser l’enfant, le désirer et concevoir est une démarche consciente et programmée, dans la majorité des cas. Rajoutons à cela le fait que la femme comme son conjoint fait des études, travaille et fait carrière. Le résultat en est que l’on fait des enfants de plus en plus tard et à la condition pas si évidente d’avoir trouvé le futur père de nos enfants. Sans parler du fait que la nature n’est pas toujours coopérante et que tomber enceinte prend parfois du temps ou demande de passer par les techniques médicales des cliniques de la fertilité. Bref, pas si simple.

omnibionta-vitamines-grossesse

Une histoire d’amour et de valeurs

Depuis ma rencontre avec l’amoureux, nous avons toujours su tous les deux depuis le début que nous voulions des enfants. Nous avions même décidé du prénom de notre future fille 6 ans à l’avance. Mais avant de se lancer dans l’aventure de la parentalité, il a fallu se stabiliser au niveau professionnel, se trouver un foyer que nous avons rénové et puis on s’est mariés. Car c’était important pour nous et que nous voulions célébrer notre choix de passer nos vies ensemble avec ceux qu’on aime. Ce fut donc un long chemin avant de se dire qu’enfin le moment était peut-être venu.

Et puis la cata, me tombe dessus une situation professionnelle douloureuse et  je me retrouve sans emploi. Juste au moment où on pensait démarrer notre projet d’enfant. On a beaucoup discuté, on a évalué la situation, fait des listes de pour et de contre. Et puis on s’est dit que si on remettait à plus tard, ce serait peut-être trop tard car au fond il n’y a jamais de bon moment. Rien n’est jamais idéal, comme on l’a imaginé. Alors voilà on a décidé, on s’est aimés et 2 mois plus tard j’étais enceinte de Lou.

omnibionta-sante-maman-enfant-grossesse

Quand le corps devient cocon

Une fois la décision prise de concevoir un petit être, mon premier réflexe a été de prendre rendez-vous chez le gynécologue pour voir si tout était ok question santé. Examen et prise de sang, tout est bon. Je suis même immunisée contre le CMV (cytomégalovirus) mais par contre par contre la toxoplasmose. Ces deux virus, bénins en temps normal, sont extrêmement dangereux pour le bébé si on les contracte durant la grossesse. Le médecin m’a donc donné un régime particulier à suivre qui exige de laver extrêmement bien ses fruits et légumes crus avant consommation. Il m’a aussi expliqué ce qu’on pouvait ou pas manger durant la grossesse: adieu sushis, fromages au lait cru, charcuteries, foie gras, et alcool bien entendu.

Car oui pendant 9 mois notre corps devient la maison d’un petit être qui grandit, un cocon de tendresse qui se doit d’être bien entretenu et soigné. La grossesse exige une bonne hygiène de vie, une alimentation saine et variée (j’avais même été plus loin, en ne mangeant que bio et en sélectionnant les soins corps, crèmes hydratantes, gels douches, make up et vernis qui ne sont pas toxiques pour bébé). Prendre soin de son corps et de sa santé est encore plus essentiel dès que l’envie de tomber enceinte arrive. Dans ce cadre, le gynécologue m’a directement prescrit de l’acide folique (vitamine B9) à prendre en phase de conception et durant la grossesse.  C’est une vitamine qui favorise la conception, la santé de la maman et protège le bébé de graves malformations au niveau du dos et du crâne. Par chance Lou est arrivée très vite. Malgré une grossesse extrêmement difficile liée à des soucis de santé assez sérieux à mon niveau, l’embryon est devenu un joli bébé qui nous a comblés d’un bonheur indescriptible.

omnibionta-pieds-vitamines-planification-grossesse

Le saviez-vous? 

Selon une recherche menée en Belgique en 2016 sur 1000 femmes entre 18 et 40 ans interrogées sur la préparation à la grossesse:

  • 2 femmes belges sur 5 ne savent pas qu’elles peuvent influencer de façon positive la santé de leur bébé avant la conception.
  • Seule la moitié des femmes utilise de l’acide folique (vitamine) pendant la phase de planification de leur grossesse et ce, malgré les recommandations de l’ONE.
  • 1 femme sur 3 ignore ce qu’est l’acide folique et son effet sur la santé de son bébé.
  • 3 à 5 femmes ne savent pas que l’acide folique réduit significativement le risque de dos ouvert (Spina Bifida) et de crâne ouvert chez les bébés.

Une autre place à prendre dans nos coeurs

Lou a grandi, et nous avons suivi son évolution avec des yeux ébahis et un amour incommensurable. La vie ne nous a pas toujours facilité la tâche, en effet j’ai dû subir une lourde opération quand elle avait 1 an et demi et la convalescence fut longue et douloureuse. Tout doucement, le désir d’un deuxième enfant a grandi dans mon coeur. J’avais l’étrange impression qu’il manquait quelqu’un lorsque nous étions à trois. Comme si sa place était déjà faite.

Et puis le choc, nous n’étions pas certains que ma santé me permettait d’envisager une seconde grossesse. Ce deuxième enfant, je le désirais très fort mais il a fallu postposer. Heureusement quelques mois plus tard, le corps médical nous a rassurés et nous a donné le feu vert. J’ai séché mes larmes et nous avons, pour la seconde fois 4 ans plus tard, pris le temps de réfléchir à notre projet d’agrandir la famille. Fonder une famille est un projet de vie, une responsabilité immense à laquelle il est important de se préparer. En parler longuement avec son conjoint me paraît essentiel.

Quelques mois plus tard, c’est ma petite Mélinée qui se niche au creux de moi. Les débuts sont terriblement difficiles: fatigue, nausées, et vomissements sans arrêt durant 3 mois. Et puis tout cela s’estompe et je commence à profiter de ce ventre qui s’arrondit. On prépare sa place dans notre appartement, auprès de sa soeur, dans nos vies, dans nos coeurs. Je me demande si j’ai assez d’amour pour 2, si je l’aimerai aussi fort. Je ne sais pas encore qu’il n’a pas de limites et que nous serons bouleversés de la même façon une seconde fois. Car chaque naissance reste un miracle, un tour de force, une épreuve et un bonheur infini.

omnibionta-nourisson-grossesse

Crédits Photos Alice à Bruxelles et Philippe Pernet Photographie

 

Article sponsorisé

 

 



2 thoughts on “Désir d’enfant, comment je suis devenue maman”

  • J’avais toujours prévu de planifier et à cause de ma santé (j’ai une maladie chronique) nous avions décidé de ne pas avoir d’enfants et de re-evaluer la situation d’ici quelques années comme j’avais encore 29ans. Seulement, surprise ! Fin octobre on découvre que je suis enceinte. On fera face mais il est certain que ce sera sport entre ma maladie et une maison en rénovations :p

    • Bonjour Elise, oui la vie est loin de ce qu’on peut imaginer. Parfois elle nous met dans des situations difficiles. Mais je suis certaine que tout se passera bien.
      Et le bonheur que vous allez vivre adoucira la maladie. Courage à toi et surtout FELICITATIONS.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.